Correcteur professionnel

Profession correcteur, et les pièges de la Toile

Faire corriger son ouvrage peut se révéler fastidieux, ainsi, comment choisir un correcteur dans cette profusion de sites où chacun se proclame correcteur même s'il n'en a pas les compétences ? Si vous n'y trouvez pas son cursus professionnel, indiquant sa formation et le nom de l'établissement formateur, abandonnez tout de suite.

Aujourd'hui, créer son site est à la portée de tous, et bon nombre en profitent pour s'improviser autoentrepreneur, sans avoir les compétences, donc, sans aucune formation liée à leur prétendue profession.

L'internaute est une proie facile au cœur de cette jungle de sites proposant des tarifs dont l'amplitude n'a d'égale que la fantaisie : tarifs à prix réduit ; tarifs défiant toute concurrence, etc. Évidemment, comme tout acheteur, comment ne pas être tenté par les prix les plus bas, ou la gratuité ! En effet, certains pseudo-correcteurs offrent de corriger bénévolement votre ouvrage, mais ne vous y trompez pas, après des échanges en messages privés, et pour des raisons fallacieuses, ils vous proposeront un prix attractif. Mais bien sûr, on comprend que l'on ne peut travailler sans contrepartie alors, on signe, sans se demander pourquoi ce « correcteur » est moins cher que les autres.

Professeurs de français, étudiants, mères de famille… toutes ces personnes certifient leur parfaite maîtrise de notre belle langue. Et pourtant, sans une formation spécifique, nul ne peut s'improviser correcteur. À chacun son métier : professeur de français et correcteur professionnel sont deux professions bien distinctes. Si les tarifs de ces supposés correcteurs défient toute concurrence, c'est dommageable pour les auteurs qui, en toute bonne foi, soumettront leurs ouvrages incorrectement corrigés aux éditeurs, ou sur Internet. Pour la maison d'édition, c'est moins grave, après avoir relevé plusieurs fautes dès les premières pages, l'ouvrage sera destiné à la destruction. Mais sur un site Internet, il est prouvé que le temps de visite n'excède pas trois secondes aux premières fautes observées.

Dans l'émission Qui veut gagner des millions. À la question : comment écrit-on le pluriel de « croque-monsieur », Jean-Pierre Foucault propose quatre réponses au candidat. Ce dernier, en proie au doute, demande à faire appel à une amie qui, professeur de français, assurément, lui donnera la bonne information. Hélas, c'est sans hésitation que, sur les quatre propositions, son choix s'est porté sur : « croque-messieurs » !
Chers amis visiteurs, ferez-vous mieux que ce professeur de français ? Quel est le bon résultat : des croques-monsieur ; des croque-messieurs ; des croques-messieurs ; des croque-monsieur ?

Une pseudo-correctrice

Après avoir fait corriger son ouvrage par un professionnel, un auteur, sans autre intention que de lui demander son avis de lectrice, a eu l'idée de faire lire son roman par une amie, secrétaire de direction. Cette dernière a jugé que le correcteur avait mal fait son travail, elle s'est alors improvisée « correctrice » du correcteur. Ainsi, en proie au doute et ayant perdu toute confiance sur le travail effectué, l'auteur a manifesté toute sa colère auprès de son prestataire. Afin de justifier sa demande de remboursement intégral, pour abus de confiance, il joint un document relevant toutes les fautes commises ou non corrigées. Et voici le résultat :

Les énormités d'une pseudo-correctrice.pdf

Lorsque la forme nuit au fond

L'un des premiers avantages d'Internet est la publication de ses propres écrits. Tout le monde, et dans le Monde, peut nous lire. Blogs ou sites sont des vitrines aux différents contenus : journal, autobiographie, mais aussi des pensées, poèmes, nouvelles, romans et autres textes. Comment retenir ses lecteurs lorsque après les premières lignes le visiteur s'enfuit ?
Nous savons que pour réussir, le talent ne suffit pas s'il n'est pas accompagné de volonté, de courage et surtout, s'il n'est pas encadré de personnes compétentes.

Soumettre un manuscrit à un éditeur, c'est bien, mais auparavant...

Le français et son orthographe malmenés ! Ces nouvelles et fabuleuses technologies ont occasionné une pléthore de publications sur le Net. Un même moteur, un même espoir les animent : se faire remarquer par un ÉDITEUR.

Hélas, et heureusement pour notre si jolie langue, un éditeur ne peut s'attarder sur des textes où la forme nuit au fond. Qu'il soit roman, poème, essai, biographie..., l'éditeur se décourage dès la première page. Accords fautifs, maladresses de style, longueurs et méconnaissance des règles typographiques, vont rapidement créer des grincements de dents ou un agacement certain. Si à cela on ajoute les pléonasmes, clichés et toutes ces expressions figées qui, certes, font partie du langage, mais qui brident l'imagination, voilà de quoi en irriter plus d'un.
Nombreux sont les auteurs qui s'étonnent : « Plus je me relis et plus je me corrige ! À croire que les fautes surgissent sans prévenir ! » Cependant, rien n'est plus logique. Lors de nos relectures, nous entendons nos mots et le son se substitue à la vue. En revanche, toutes ces fautes n'échapperont pas à l'œil du correcteur.
Calista-Corrections.com est une aide précieuse dans le cheminement des ouvrages jusqu'à l'édition.
Soumettre un ouvrage de qualité et exempt de tout reproche est à portée de plume et dans l'œil du correcteur.

Aider un auteur, à peaufiner son travail jusqu'à pleine satisfaction, est le principal moteur de Calista-Corrections.

Calista-Corrections a reçu ce commentaire de la part de M. Guy Sembic, écrivain talentueux. Il est donc publié avec son autorisation

Aujourd'hui bon nombre de personnes souhaitent, tout comme elles choisissent et classent des photographies dans un bel album, réaliser le journal de leur vie ou faire un livre d'anecdotes, de souvenirs... Mais à cette fin, il faut nécessairement que le récit soit bien « écrit », qu'il intéresse, qu'il ait une bonne présentation... Exactement comme un bel album de photos que l'on ne jettera jamais au feu, que regarderont dans dix, vingt, trente ans, les petits-enfants, les arrière-petits-enfants et sans doute d'autres personnes de la famille, amis et connaissances d'une nouvelle génération...

Il est certain que « l'œil exercé » d'un correcteur peut et doit apporter une aide indispensable...
C'est donc pour répondre à un besoin plus « général » et plus « naturellement répandu », que l'existence d'un site de correction et d'aide à l'écriture, dont la spécialité est d'apporter une aide réelle et efficace, s'adresse à toutes ces personnes qui écrivent « des choses personnelles, intimes, émouvantes » qu'elles souhaitent "bien présenter"... (Comme un bel album de photos par exemple.)


mesure audience

Retour à l'accueil